Bonjour Helen, ma première participation à un jeu-vidéo !

Mai 2018, alors que le Stunfest bat son plein, le festival est aussi partenaire d’un événement en dehors des portes du Liberté : la Stun Game Jam, un atelier où une vingtaine d’inscrits se mettent en équipe et phosphorent sur une thématique pour créer un jeu-vidéo en 48h. Passionné de jeux-vidéo je tente l’aventure. C’est dans ce contexte qu’est né la Team Casserole et son bébé : Bonjour, Helen.

L’équipe

Deux raisons font qu’il n’y a pas besoin de savoir coder pour rejoindre une game jam : beaucoup d’inscrits sont des développeurs et même si personne ne sait coder dans votre équipe il est toujours possible de faire un jeu de plateau.

Notre équipe (baptisée par la suite la Casserole) s’est composée d’un développeur, un musicien, deux scénaristes, un graphiste 3D, une graphiste d’interaction et un graphiste/illustrateur (ça c’est moi).

Capture d’écran de la première version du jeu
Modelisation en 3D de la base

Le jeu

Avec une telle formation on s’est vite dirigé vers un jeu narratif. L’idée était d’avoir un gameplay simple et de raconter une histoire avec.

Le thème de la gamejam étant le refuge, on a imaginé l’histoire d’une cosmonaute prisonnière de sa petite planète suite à une panne.

Le gameplay est accessible et relax, l’idée étant de se faire porter par l’histoire. Le jeu se déroule sur 5 jours et le but est de prendre soin de son vaisseau et de notre personnage (culture, alimentation, réparations etc.) tout en parvenant à trouver le temps de construire un vaisseau pour quitter la base avant la fin du dernier jour.

L’histoire

Plus le temps de jeu s’écoule et plus vous en apprendrez plus sur Helen et découvrirez qu’elle n’est pas seule : En plus de Dave, l’intelligence artificielle qui vous explique le jeu, on découvre aussi une correspondance avec Maryam, une autre cosmonaute avec qui Helen noue une relation épistolaire. Si vous parvenez à terminer le jeu, vous verrez aussi que Dave a sa propre personnalité et qu’il sera triste de vous voir partir.

Helen, Maryam et Dave

C’est gentil tout ça mais à quoi sert un graphiste/illustrateur dans un projet comme celui-là ?

Mon rôle dans ce projet était principalement de créer et animer les personnages, j’ai aussi crée le logo du jeu et les gammes de couleurs qui allaient être utilisées afin de guider les personnes de l’équipe qui allaient être confrontées à un choix de couleur.

Quelques animations du personnage de Helen
Fin de game jam : on teste le jeu !

Le bilan

48h pour créer un jeu vidéo c’est -sans blague- beaucoup trop court !

Réfléchir à une histoire, coder toute l’architecture du jeu tout en esquivant les bugs, créer les graphismes du jeu, y ajouter l’ambiance musicale, enregistrer les voix, beurrer le moule et enfourner tous ces éléments à thermostat 7 dans Unity avec le savoir-faire du développeur…

Forcément il y a des couacs et la version du jeu n’est pas dans nos attentes. Cependant on a vraiment envie de terminer ce jeu et on travaille dessus selon les dispositions de chacun et on compte même remettre ça avec un nouveau jeu tant l’expérience nous a plu !

Ce qu’il y a à retenir de cette première Game Jam

Conclusion, notes pour plus tard et conseils
pour ceux qui voudraient eux aussi se lancer dans une game jam
  • Pas besoin de savoir coder pour participer à une game jam !
  • Choisir son équipe est très important, donnez-vous un peu de temps pour parler aux gens autour de vous pour voir si le courant passe bien, prendre du plaisir à travailler avec eux et apprendre mutuellement.
  • Le lieu de la game jam est important aussi. Cette édition se passait dans l’école Epitech et c’était parfait : beaucoup d’espace pour s’organiser, des grandes tables, beaucoup d’accès aux prises électriques, une bonne connexion wi-fi et des sièges de bureau.
  • Vous ne ferez pas le nouveau blockbuster du JV en moins de 48h. Mettez ce temps à disposition pour vous faire plaisir sur un projet qui vous tient à cœur, expérimenter et apprendre auprès de votre équipe.
  • Travailler sous une contrainte de temps avec des gens qu’on ne connait pas est aussi une invitation à revoir son workflow et apprendre de ses erreurs d’organisation. Par exemple pour une éventuelle prochaine game jam je m’organiserais différemment pour créer des animations.
  • Prenez aussi un peu de temps pour discuter et voir ce que font les autres équipes.
  • J’ai eu l’occasion de faire des belles rencontres et travailler avec des gens avec qui j’avais un excellent feeling. Je ne sais pas si c’est le cas pour toutes les game jam mais c’était vraiment génial, n’hésitez pas à venir en duo ou en trio.
  • Si vous avez la niaque il y a de grosses chances pour que vous fassiez une petite nuit, prenez donc des fringues où vous vous sentez à l’aise (ne venez pas non plus en pijou hein), des snacks à partager, votre mug à café/thé pour éviter les gobelets plastique et un casque audio si vous envisager de faire le mixage sonore et si voulez bosser un peu plus au calme.
  • Les gens de l’asso 3 Hit Combo nous on très bien accueilli et ont été très sympas durant cette édition, l’organisation était au top. C’est une chance d’avoir une asso comme ça à Rennes (et donc une raison de plus pour participer si vous vivez dans le coin).
Game over
By |2019-01-25T12:34:24+00:00janvier 24th, 2019|News|0 Comments

About the Author:

Designer graphique freelance et DA de ma propre vie, aussi chez L'Œil au Carré, Ex Topito, créateur timide de "Tout le monde te mate !"

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.