Chaque année l’exercice de la carte de vœux illustrée est pour moi un bon prétexte pour résumer l’année qui se termine et pronostiquer celle qui vient. C’était déjà le cas en 2017 où se rencontraient Jon Snow, Donald Trump et François Fillon ; là où 2018 s’ouvrait sur une médiatisation de prouesses technologiques assez folles comme les progrès du robot Atlas et les réussites de la société Space-X.

Mais comment résumer 2018 et annoncer 2019 en illustration ?

 

 

Pour moi 2018 se résume en un seul endroit : la rue. Un coup d’œil dans le rétroviseur suffit à voir qu’elle a condensé les nombreux temps forts de l’année passée et que la tendance pourrait continuer sur l’année à venir. Les écologistes y ont marché pour le climat, les cheminots, surveillants pénitentiaires, postiers et employés à Air France ont farouchement défendu leurs idées, tout comme les plus jeunes pour s’opposer à Admission Post Bac, ou les plus âgés avec des pensions retraites rabotées.

Mais les rues de 2018 ont aussi vu des foules en hurler de joie le dimanche 15 juillet, alors que l’équipe de Didier Deschamps soulevait la coupe du monde. Une prouesse qu’on a hâte de fêter à nouveau cette année avec l’équipe féminine.

Les occasions de manquaient pas pour voir la rue s’animer, elle et devenu un catalyseur de signaux faibles qui le sont de moins en moins, là où les réseaux sociaux et ses effets de « bulles d’information » nous ont mis des œillères, on y a vu des désirs s’exprimer en pancarte, des volontés se forger aux hurlement des slogans de manifs ainsi que des messages pertinents ou impertinents se glisser au dos d’un gilet jaune ou sur un mur gris.

Rendez-vous dans un an pour voir si j’ai bien fait de la jouer Nostradamus de l’illustration, en attendant quelques événements et personnages connus se sont glisser dans la manif, à vous des les retrouver 🙂